Dix-huit sonnets dissonants suivis d’un livre d’heures

Avec ces Dix-huit sonnets dissonants suivis d’un livre d’heures, Gérard Prémel, romancier, essayiste et poète, publie ici son neuvième recueil de poèmes. Il est parti, d’un travail sur des formes prosodiques anciennes : le sonnet, le haïku, librement revisitées, malgré un relatif respect de leurs codifications formelles. 

Le lecteur retrouvera dans ces textes  une constante qui est le fil conducteur de sa poésie : la célébration critique de la vie. Si ses six premiers sonnets égrènent une inquiétude propre à notre temps, les six suivants s’ébrouent dans les inventions verbales de l’Éros et les six derniers dans l’irrespectueuse intransigeance libertaire. Dans trois des cycles de son Livre d’heures Gérard Prémel s’avère proche du minimalisme de Guillevic ; dans la dernière partie « Le cycle des inachèvements ».

Il alterne la révolte contre  « la face hideuse de l’inhospitalité européenne » avec une certaine sérénité .

« … ma vie me devient de moins en moins étrangère »

Son recueil, n’est pas un chant du cygne. C’est un lieu de rendez-vous pour amoureux en révolte.

 Rennais d’origine, le poète et plasticien Denis Heudré a  publié entre autres Bleu naufrage, élégie de Lampedussa ( éd La sirène étoilée, 2015) et Sèmes semés, (Éditions sauvages, 2015, Prix Paul Quéré ). Il a animé un blog et publie une revue périodique en ligne « Infinie géolocalisation du doute », à périodicité variable.


Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.